Viager

Acheter ou vendre en viager

Lorsque vous disposez d’un bien immobilier et que vous souhaitez disposer de revenus complémentaires, sans forcément perdre la jouissance de ce bien (le viager est dit alors « occupé »), il est possible de vendre ce bien en viager, ou plus exactement de le vendre moyennant le paiement d’une rente viagère. Cela signifie que la vente est effective, vous n’êtes plus propriétaire, et que le prix est payable progressivement.

Ce prix peut être payé par l’acquéreur (ou débit-rentier) au moyen d’un « bouquet », une somme payée comptant le jour de la signature, et/ou une rente payée mensuellement par exemple, jusqu’au décès du vendeur (ou crédit-rentier). Si le vendeur est un couple, la rente peut être reversée au survivant.

Cet acte est particulièrement difficile à mettre en œuvre car il s’exécute théoriquement sur de longues durées. Le notaire doit prévoir les garanties, les clauses relatives au paiement du prix, à la conservation du bien immobilier, mais aussi au respect de règles relatives au prix. Il faut évidemment que le contrat contienne toujours une part de mystère quant à son issue, que l’aléa soit respecté, c’est-à-dire que ni le vendeur ni l’acquéreur ne sache à l’avance s’il réalisera une bonne opération financière ou non.

Ce contrat peut répondre à vos besoins, mais vous devez comprendre qu’il prive vos héritiers de tout droit dans le bien immobilier vendu.

Votre notaire est là pour vous éclairer.